Cobalt ne fait pas de politique, mais s’y intéresse comme tout un chacun. Nous constatons tous, au jour le jour, et depuis des décennies, la décrépitude de la France, qui n’est aujourd’hui plus que l’ombre d’elle-même. Nos gouvernants ne sont ni déconnectés, ni idiots, encore moins maladroits ou incompétents. Ils entretiennent simplement un système de gouvernance mafieux à leur seul profit, et ils le font très bien. Tellement bien que le mécontentement du peuple est utilisé pour assurer une alternance qui n’est qu’un jeu de chaises musicales sans aucun perdant. En cas de besoin, ils joueront même sur les partis ‘’extrêmes’’ dont les dirigeants font partie de la même caste, des professionnels de la politique politicienne. Le vote de contestation ne fait qu’assurer la continuité du système, tout en laissant croire à l’électeur énervé qu’il a pu exprimer son mécontentement. Maintenant qu’il s’est exprimé, il peut continuer de payer, comme les autres.

Doucement mais surement, l’hydre étatique à réinventé l’esclavage. Sous les prétextes de solidarité nationale, d’égalité pour tous, d’assurances collectives, de mutualisation des coûts, des risques, le peuple supporte une véritable confiscation de ses revenus. Pour la redistribution, repassez plus tard, il y a une dette à entretenir. En attendant, en complément des salaires et revenus minimes de chacun, l’Etat versera sa dîme en complément. RSA, APL et autres font la différence entre survivre et vivre. Le peuple survit grâce à l’Etat bienveillant et son assistanat. Il s’assure aussi de l’obédience de ses électeurs. Rien de plus efficace que ce déguisement de démocratie.

Nous avons, par le biais de notre vice-président, Jean-François Rademakers, rencontré un candidat aux élections présidentielle qui sort de l’ordinaire. Ni homme politique, ni politicien (même pas Énarque !), mais un homme en colère, tout simplement. En colère contre un système, contre la politique au sens malpropre du terme, contre les hommes qui spolient la nation, contre l’injustice. Il s’y connait en injustice, il est avocat. Son nom est Michel Bourgeois, candidat d’une primaire citoyenne.

Son discours nous a conquis, l’homme plus encore, et son programme est à l’avenant. Tout n’est que pure logique de gestion. Pas de dogme, pas d’affiliations ou de favoritisme électoral, simplement la recherche perpétuelle d’un fonctionnement simple, clair, efficace, avec pour seul et unique soucis, le respect du citoyen.

Michel Bourgeois – Jean-François Rademakers, une rencontre passionnante !

  • Liberté du choix de sa protection sociale pour chacun et ouverture à la concurrence des mutuelles,
  • Simplification de la fiscalité, IR à taux fixe et suppression de l’ISF,
  • Stabilité fiscale par tranches de 3 ans, sauf dégressivité, IS plafonné à 20%,
  • Casier judiciaire vierge pour accéder à un mandat électif ou un poste gouvernemental,
  • Comptabilisation du vote blanc,
  • Non-cumuls des mandats politiques et publics, et limitation à 2 mandats consécutifs,

Ne sont que quelques exemples d’un programme intelligent et révolutionnaire par sa logique de fonctionnement qui va à l’encontre totale du système confiscatoire et dogmatique actuel.

Ce très court extrait d’un programme réfléchi, mais dont les quelques lignes interpelleront notre lecteur forcément entrepreneur. Nous vous engageons vivement à lire l’ensemble des 150 propositions cadre du programme de Michel Bourgeois en suivant le lien suivant : Programme Bourgeois 2017.

A la suite de cette lecture, si vous êtes interpellé par cet OVNI politique, ou convaincu par ses propositions, n’hésitez pas à soutenir ce candidat en votant à la première primaire citoyenne, dont les candidats sélectionnés ont le mérite de sortir de la société civile et non du cercle de nos mammouths politiques qui sclérosent le France depuis toujours. Vous pouvez accéder au site de la primaire citoyenne en cliquant ici : Primaire.org

Le scrutin est ouvert du 15 au 30 Décembre.

L’alternance ‘’gauche / droite’’ que nous vivons depuis 40 ans n’a pas aidé la France et encore moins les Français. Le concept même de ‘’politique de droite ou politique de gauche’’ est un concept suranné. Le vote contestataire via les extrêmes, de gauche comme de droite ne sont non plus des solutions, tant les programmes de ces derniers sont creux ou dangereux. Et puis, sans se voiler la face, ces candidats sont AUSSI des politiciens professionnels, issus du même sérail !

Alors, si comme nombre d’entre nous, vous souhaitez un réel changement du système, pourquoi ne pas s’ouvrir une nouvelle voie avec un vote réellement utile !