Pour un artisan, le succès ne suffit pas à garantir la survie.

Triste actualité que celle de ce jour où nous apprenons le suicide de Jean-Michel Rétif, restaurateur en Meurthe-et-Moselle. Propriétaire du restaurant ‘’Au Coin Du Feu’’ à Vandœuvre-lès-Nancy, Jean-Michel Rétif a mis fin à ses jours le 3 Janvier 2017 au sein même de son établissement. Il a laissé un courrier sans équivoque, il était totalement asphyxié par les charges.

Nous ne rappellerons jamais assez que 2 entrepreneurs et 1 agriculteur s’infligent le même sort CHAQUE JOUR ! Toujours pour le même motif, la pression financière liée au poids des charges, principalement celles de la machine infernale RSI.

Alors au sein de cette hécatombe silencieuse dont les politiques ne s’intéressent qu’en période électorale, pourquoi l’histoire de Jean-Michel Rétif fait-elle la une de quelques journaux ? A la différence de l’artisan lambda dont personne n’a rien à faire, lui, a bénéficié d’une certaine couverture médiatique. Connu des médias, mais aussi du grand public pour avoir participé l’année dernière à l’émission ‘’Cauchemar en Cuisine’’ de l’excellent Philippe Etchebest.

Si la nouvelle de la mort d’un artisan est toujours triste, les raisons et conditions de cette dernière ont surtout pour effet de nous révolter chez Cobalt. Plus encore, de nous énerver.

Restaurateur depuis 9 ans, l’établissement de Jean-Michel Rétif affrontait quelques difficultés. Comme tout commerce faisant face à une économie en berne, au manque de clientèle, aux marges trop restreintes et surtout aux charges sans cesse plus élevées. Refusant l’échec et amoureux de sa profession, sur le conseil de sa femme, Jean-Michel a voulu se donner une chance de relancer son petit commerce. Il y a un an, il participe donc à l’émission télévisée ‘’Cauchemar en Cuisine’’ de Philippe Etchebest sur M6. Cette participation à un effet très positif sur l’activité du restaurant et son chiffre d’affaire augmente de 30%. La qualité du travail de Jean-Michel Rétif est unanimement reconnue, à tel point qu’il obtient même une note de 4,5 (sur 5) auprès du site Tripadvisor (lien ici).

Mais cela ne change malheureusement rien, car ce que Jean-Michel Rétif ne sait pas encore, c’est que plus de chiffre d’affaire, c’est éventuellement plus de résultat, et donc forcément plus de charges. Sans une gestion adaptée, le ‘’travailler plus pour gagner plus’’ ne reste qu’un slogan de campagne, mais certainement pas une réalité de terrain.

D’après le témoignage de ses proches, les charges asphyxiaient littéralement le restaurant de Jean-Michel Rétif. Malgré l’embellie du chiffre d’affaire, impossible de combler les arriérés de cotisations, alourdies, de plus, des frais de retards et de procédures de recouvrement. Nous connaissons bien le stress que peut générer le harcèlement des caisses sociales et particulièrement du RSI comme de l’URSSAF.

En désespoir de cause, l’épouse de Jean-Michel, pourtant comptable de métier, lui propose de mettre la société en liquidation judiciaire. Il ne peut s’y résoudre, le restaurant étant toute sa vie. Il ne peut se résoudre à cette solution et préférera une sortie bien plus dramatique.

Ce que ne sait pas Jean-Michel, ni sa femme, faute de conseil professionnel, c’est que dans ce genre de situation, il ne s’agit pas de choisir la liquidation judiciaire, mais de déposer son bilan auprès du Tribunal de Commerce de façon à placer son entreprise sous sa protection. Une affaire qui tourne, suivie d’un gérant passionné par son métier peut aisément se redresser, quitte à en geler les dettes via décision de Justice.

Nous déplorons surtout qu’une problématique de charges sociales puisse non seulement mettre la vie d’une entreprise en péril, mais aussi être la raison de la mort d’un homme. Ce alors qu’une fois de plus, moyennant une gestion optimisée, n’est absolument plus un problème. Preuve s’il en faut que la gestion est un métier à part entière, et n’est pas celui d’un comptable.

Espérons qu’un jour les responsables politiques, ou plutôt les politiques responsables de ce système criminel répondront de leurs actes devant leurs victimes et leurs familles.

Peut-être un vœu pieu très utopique. En attendant Cobalt a toutes les solutions pour protéger les entreprises et leurs dirigeants. La gestion optimisée, la réduction des charges sociales du dirigeant, de la fiscalité de l’entreprise, c’est très précisément notre spécialité. N’hésitez jamais à prendre contact avec l’un de nos conseillers.

Sources : Est Républicain : Article du 17-01-2017 ; LorActu : Article du 16-01-2016 ; Tripadvisor : Le Coin du Feu